bandeau_laureat

ADAPEI 85

Représentant(s) :
Luc AUGUIN - animateur spécialisé

Coordonnées :
Adresse non communiquée
85500 LES HERBIERS
TEL : non communiqué
Mobile : non communiqué

Trophée reçu par la fondation 2013 :
Prix remis aux Trophées : 1 000 €
Solidarité

La résidence Le Hameau des Vignes, aux Herbiers, accueille une quarantaine de personnes handicapées mentales.
Elle a récemment acquis un vélo-pousseur : il s'agit d'un fauteuil roulant associé à un cycle détachable qui permet aux résidents de sortir de l'établissement, accompagnés d'un éducateur, et de se déplacer facilement.
La Fondation Banque Populaire Atlantique a soutenu ce projet original en aidant à son financement (un vélo-pousseur coûte près de 6.000 euros).
Elle a été particulièrement sensible à l'aspect pratique de ce moyen de locomotion, mais également au fait qu'il est un véritable facilitateur de balades.

Présentation

ADAPEI 85

Comment fonctionne ce vélo-pousseur ?
Pour la plupart de leurs déplacements quotidiens, les résidents sont généralement accompagnés en voiture. Le temps d'installation est assez long (monter, attacher les sangles, descendre...). Un déplacement en vélo-pousseur permet de gagner du temps : le résident monte directement de sa maison dans le fauteuil, et c'est parti. Pour entrer au supermarché ou aller à son RDV, il faut moins de 30 secondes pour détacher le fauteuil.

Le vélo-pousseur est également utilisé pour des balades ?
Au-delà de son aspect purement pratique, le vélo-pousseur est un excellent moyen pour aller se promener sur les pistes cyclables des Herbiers ou accéder facilement à des lieux de détente comme le Bois du Dard ou les espaces verts de la commune. Deux fois par mois, un résident part en balade, accompagné par deux cyclistes de l'Association Cycliste Ménardaise. Le vélo-pousseur est à la fois un vecteur d'autonomie et d'ouverture sur la vie locale.

Pour la personne qui pédale, est-ce que c'est difficile ?
Sur le plat, aucun souci. Il est vrai en revanche qu'en côte, cela devient plus exigeant. En fait, la vraie difficulté pour les accompagnateurs reste de trouver des places de stationnement handicapées ou de franchir certains trottoirs. Mais ils commencent maintenant à être habitués.

  • mon_alt
  • mon_alt